The broken silence, full of strength

As part of the celebration of the Universal Declaration of Human Rights, International Vision GRAM-publish this document to assert the rights of survivors of gun violence.

VGI supports the theme this year, “Human Rights 365” which instills the idea that every day 365 days in a year, each of us, wherever we may be, is entitled to the enjoyment of all rights man as stipulated in the Universal Declaration of Human Rights.

Hundreds of women kidnapped by militias and armed groups in the eastern of DR Congo

bike“They have no peace; they undergo physical and psychological torture throughout their lives. This has created a situation that has destroyed the lives of families, the community and the nation as a whole.”

December 2014

These women have suffered an interminable ordeal since the advent of armed conflict in eastern DR Congo.

Kalonge is one of those territories, which host a large number of Rwandan Hutu refugees since 1994. Their presence has impoverished the people by creating an unsafe environment. Since then the population pay the heavy price.

Women and children are the first victims recruited to fight, raped, abducted, and treated as sex slaves. The active rebels and militias have prevented the population from going to the fields because they occupied forests and villages.

One woman, Marguerite, had a bad experience when one day she fell into their hands. “It was a Friday, I was returning from the fields with my two friends from the neighborhood. We met a group of FDLR (Rwandan Hutu rebels) under command of a certain Tharcisse. They arrested us and brought us to their camp. Upon arrival, they started arguing about who would take me. Then the great commander decided to stay with me. His teammates were then removed to create another group after a fight, so there was division because of me. ”

After two months of captivity, she became pregnant, while the military were already beginning to hunt down. “So he (the captain) told me that he will get me someone who will accompany me in a safe place until I find my village, because he did not want me to be killed by the military. This is what was done. We crossed rivers in order to not leave any footsteps.”

On the one hand, despite her return to the village, she was accused by local population to be the basis for the death of her colleagues: “My neighbors in the village accused me of having killed my two sisters, yet they were killed in the bush when they wanted to escape while they were there for two months.”

bike 2On the other side, the husband refused to allow her to come back. “My husband did not want to see me and I was not in contact with him, each occupied his house.” Thus, Marguerite observed, helplessly, fields confiscated by her husband.

Pregnancies resulting from rape are undesirable in the family, according to the tradition, threats and risks become greater. Many women prefer to keep the child, which is not the case for other family members.

Children born of rape suffer trauma, stigma and rejection because of the ongoing conflict. The presence of these children in families breaks the bonds and relationships. Despite the woman’s fate by her husband, her in-laws and the rest of the community, children, meanwhile, are discriminated, rejected and sometimes death threats. They are called “children of the snake, rebellious children, Hutu children …” “Everyone followed me to kill this child because you cannot mix a Hutu child with Batembo children they said to me,” said Marguerite, tears the eyes.

“They brought me totems to cause abortion because they did not want this child in their family. During childbirth, my sisters-in-law had me out the womb. “The only protections those children have are just the mother. She provides everything to help them to survive by taking care of their educational and health care needs.

The meeting with Vision GRAM-International’s team has been beneficial to confide in and benefit from the assistance. She was taken to the hospital and began to benefit from psychological support from the center in company of other women. She received financial support for her business: “My life changed and I feel proud and respected in my village. People do consider me as before. I have the security that gives me such support. ”

The presence of this child gives him hope that life goes on and that he deserves better: “I look after one of his school; although I have no activity that can guarantee all his schooling … She is 8 and she is now in the second primary. But with the support of Vision GRAM-International, I know that this child is going to study like other supported by their father … She lives well with others, although she is still called ‘Hutu child’ ‘by my husband, “says Marguerite with a low voice, bursting into tears.

She is not the only woman to endure  this situation. They are numerous in eastern DR Congo, they are struggling to recover and regain their health and rights. They have joined other women around the world to end this phenomenon, which has become a task in this part of the DR Congo, ravaged by violence due to armed conflict.

(Stories gathered by Vision GRAM-International Kalonge, Eastern DR Congo)

 

DIGNITY                                 RIGHT                             JUSTICE

************************************************************************************************************************************************************************************

“STOP by Stories” is a document that will be published regularly by Vision GRAM-International, for you to experience the situation of children and women survivors of gun violence in DR Congo.

These are the testimonies of survivors who have decided to break the silence by talking about their stories.

Shattered lives, but full of hope … .The broken silence, full of forces…are messages and stance to change their lives.

Many are suffering from those violations of human rights. They want it to stop and their dignity, right and justice to be recognized.

**********************************************************************************************************

For more informations

Visit : http://www.gram-international.org

Blog : http://www.visiongram.wordpress.com

Email : amsulvic1@yahoo.ca

1(613) 261 0171

Follow us :www.facebook.com/VisionGRAM

Twitter : @VisionGRAMintl

Advertisements

Des silence brisés, pleins de forces

Dans le cadre de la célébration de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, Vision GRAM-International publie ce document pour faire valoir les droits des survivants de la violence armée.

VGI appuie le thème de cette année, “Droits Humains 365 ” qui inculque la notion que chaque jour des 365 jours dans une année, chacun de nous, où que nous soyons, a droit à la jouissance de l’ensemble des droits de l’homme tel que stipulé dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Calvaire des femmes kidnappées par les milices et groupes armés à l’Est de la R D Congo

bike Ces femmes subissent un calvaire interminable depuis l’avènement des conflits armés à l’Est de la R D Congo.

Kalonge est l’un de ces territoires, qui a accueilli un grand nombre de refugiés, hutus rwandais depuis 1994. Leur présence a appauvri la population en rendant le milieu insécuritaire. Depuis, la population paie le lourd tribut.

Centre Cifunzi/Kalonge (Photo GRAM)

Les femmes et les enfants en sont les premières victimes : recrutées pour combattre, violées et enlevées, traitées d’esclaves sexuelles.  Les forets et villages étaient occupés par les rebelles et milices actives, empêchant ainsi la population d’aller aux champs.

Marguerite eut une mauvaise expérience quand un jour il tomba entre les mains de ces derniers. « Ce fut un certain vendredi, en revenant du champs avec mes deux amies du   quartier. Nous avons rencontré un groupe de FDLR (Rebelles hutus rwandais) sous commandement d’un certain Tharcisse, ils nous avaient arrêtées et nous avaient amenées dans leur camp. Une fois arrivées, ils ont commencé à se disputer concernant celui qui me prendra. C’est alors que le grand commandant décida de rester avec moi. Ses coéquipiers se sont alors retirés pour aller constituer un autre groupe après un une bagarre, donc il y eu division à cause de moi ».

Après deux mois de captivité, elle tomba enceinte, alors que les militaires commençaient déjà à les pourchasser. « C’est ainsi qu’il (le commandant) me dira qu’il va me chercher quelqu’un qui m’accompagnera dans un lieu sûr, jusqu’à ce que je retrouve mon village puisqu’il ne voulait pas que je sois tuée par les militaires. C’est ce qui a été fait. Nous avons traversé des rivières pour faire disparaitre les traces ».

D’un coté, malgré son retour au village, elle fut accusée par les habitants d’être à la base de la mort de ses consœurs : « Mes voisins du village m’ont accusée d’avoir fait tuer mes deux consœurs, pourtant elles étaient tuées dans la brousse lorsqu’elles voulaient s’évader alors qu’elles étaient déjà là durant deux mois ».

bike 2De l’autre coté, c’est le mari qui refuse de la recevoir. « Mon mari ne voulait plus me sentir et je suis restée sans contact avec lui, chacun occupait sa maison ». Ainsi, Marguerite a observé, impuissamment, ses champs confisqués par son mari.

Les grossesses issues de viol sont indésirables au sein de la famille, selon la tradition, les menaces et risques deviennent plus grands. Bon nombre de femmes préfèrent garder l’enfant, ce qui n’est pas le cas pour d’autres membres de la famille.

Les enfants nés du viol subissent des traumatismes, de la stigmatisation et du rejet parce qu’issus des conflits incessants. La présence de ces enfants dans les familles brise les liens et les relations. En dépit du  sort de la femme par son mari, sa belle famille et du reste de la communauté, les enfants, quant à eux, sont discriminés, rejetés et parfois menacés de mort. Ils sont appelés « enfants du serpent, enfants rebelles, enfants de hutus… » : « Tout le monde me poursuivait pour tuer cet enfant car on ne peut pas mélanger un enfant Hutu avec les enfants Batembo me disaient-ils », déclare Marguérite, larmes aux yeux.

« On m’amenait des fétiches pour provoquer cette grossesse car il ne voulait pas de cet enfant dans sa famille. Lors de l’accouchement, mes belles sœurs m’avaient fait sortir la matrice ». La seule protection dont bénéficient ces enfants vient de la mère. Elle assure seule leur survie en répondant à leurs besoins  en éducation et soins de santé.

Sa rencontre avec l’équipe de Vision GRAM-International a été salutaire pour se confier et bénéficier de l’assistance. Elle fut conduite à l’hôpital et a commencé à bénéficier de l’appui psychologique au centre en compagnie d’autres femmes. Elle bénéficie de l’appui financier pour son petit commerce : « Ma vie change et je me sens fière et respectée dans mon village. Les gens ne me considèrent plus comme avant.  J’ai de la sécurité que m’offre cet appui ».

La présence de cet enfant lui donne l’espoir que la vie continue et que ce dernier mérite mieux : « Je m’occupe seule de sa scolarisation; bien que je n’aie pas d’activité pouvant garantir toute sa scolarité…Elle à 8 ans et est maintenant en 2e primaire. Mais avec l’appui de GRAM, je sais que cet enfant va étudier comme les autres soutenus par leur père…Elle vit bien avec les autres, bien qu’elle soit toujours appelée ‘enfant de ‘HUTU’  par mon mari », confie marguerite avec une voix basse en fondant en larmes.

Elle n’est pas la seule à traverser cette situation. Elles sont nombreuses à l’est de la R D Congo, elles se battent pour se relever et recouvrer leur santé et leurs droits. Elles se joignent à d’autres femmes à travers le monde pour que cesse ce phénomène, devenu une tâche dans cette partie de la R D Congo, meurtrie par les violences dues  aux conflits armés.

                                           (Témoignage recueillis par Vision GRAM-International à Kalonge, Est de la R D Congo)

DIGNITÉ                                 DROIT                             JUSTICE

************************************************************************************************************************************************************************************

« Arrêt sur les témoignages » est un document qui                sera publié régulièrement par Vision GRAM-International, pour vous faire vivre la situation des enfants et femmes, survivants de la violence armée en R D Congo.

Ce sont les témoignages des survivants qui ont décidé de briser le silence en parlant de leurs histoires.

Des vies brisées, mais pleines d’espoirs….Des silences brisés, pleins de forces sont des messages d’interpellation et de prise de position pour changer leur vie.

Ils sont nombreux à subir ces violations de droits de la personne. Ils veulent que cela s’arrête et que leur dignité, leur droit et leur justice soient reconnus.

**********************************************************************************************************

 

Plus d’informations          Visitez : www.gram-international.org

                                                                                  Blog : www.visiongram.wordpress.com

                                                                                  Email : amsulvic1@yahoo.ca

                                                                   1(613) 261 0171

                                                                 Suivez-nous :

www.facebook.com/VisionGRAM

Twitter : @VisionGRAMintl

Second informal Consultations for the Arms Trade Treaty (ATT) First Conference of states Parties

vgOttawa, Dec 28, 2014- Vision GRAM-International, as a member of Control Arms, has joined Campaigners from around the world in Berlin to call on governments to take action on ATT implementation, ahead of the next round of informal consultations on the Treaty on 27-28 november 2014 in Berlin.

This meeting was an important moment to bring and share research and expertise, lobby governments to uphold their treaty commitments, organize side events and provide information for the media.

vgv

Full members of the Conference of States Parties (CSP) were the States who have ratified the Arms Trade Treaty. Signatories were able to attend as observers. The Arms Trade Treaty (ATT) was opened for signature on June 3, 2013 at the United Nations in New York.  Having reached the threshold of 50 ratifications required by the treaty on September 24th, 2014, the ATT will enter force on December 24, 2014, marking the beginning of the formal preparatory process towards the First Conference of States Parties which, according the treaty’s Article 17, has to be convened within a year following its entry into force.

Civil society played a major role in advocating for progressive, majority-based rules of procedure, full participation of civil society and fair financing mechanics; to contribute technical expertise, contribute research-findings, and offer support to States. They participated at the meeting and delivered several interventions on key areas of the agenda (in Opening Session and Prepcoms, Provisional Secretariat, Secretariat, Financing mechanisms, Rules of Procedure and Reporting).

vgvvBefore the conference, the majority of campaigners held iconic green “Ampelmännchen” traffic signs to signify how too many irresponsible arms deals have been given the green light for too long. One campaigner stood alone to stop the others, holding a red sign symbolizing that it is time to stop arms deals that cause untold death and destruction.

The action reinforces Control Arms’ call to governments that they have a “#chance2change” the arms trade if they implement the ATT strongly and effectively, according to Control Arms.

vgvvv

Vision GRAM-International

Deuxième série de Négociations informelles sur le Traité sur le Commerce des Armes (TCA) : Première Conférence des États parties

vgOttawa, 05 déc. 2014- Vision GRAM-International, en tant que membre du Contrôlez Les Armes, a rejoint d’autres militants du monde entier à Berlin pour demander aux gouvernements de prendre des mesures sur la mise en œuvre du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) pendant la série de consultations informelles sur le traité sur 27 au 28 novembre 2014 qui s’est tenue à Berlin. Cette rencontre a été un moment important pour apporter et partager la recherche et de l’expertise, faire du lobbying auprès des Gouvernements à respecter leurs engagements conventionnels, à organiser des événements et fournir des informations pour les médias.vgv

Les membres à part entière de la Conférence des États parties (CSP) étaient ces États qui ont ratifié le traité sur le commerce des armes. Les signataires ont pu assister en tant qu’observateurs.

Le traité sur le commerce des armes (TCA) a été ouvert à la signature le 3 juin 2013 aux Nations Unies à New York. Ayant atteint 50 ratifications requises par le traité le 24 septembre 2014, le TCA va entrer en vigueur le 24 Décembre 2014, marquant le début du processus préparatoire formel vers la première Conférence des États parties qui, selon l’article 17 du traité, doit être convoquée dans un délai d’un an après son entrée en vigueur.

vgvvLa société civile a joué un rôle majeur pour plaider en faveur de règles progressistes, fondé sur la majorité de procédure, la pleine participation de la société civile et de la mécanique équitables de financement; de contribuer avec l’expertise technique et offrir un soutien aux États. Ils ont participé à la réunion ont fait plusieurs interventions sur des domaines clés de l’ordre du jour (Session de conférence préparatoire, Secrétariat Prévisionnel, Secrétariat, les mécanismes de Financement, Règles de procédure d’ouverture et Rapports).

vgvvv

Avant la conférence, la majorité des militants a tenu des signes iconiques verts  « Homme vert» de trafic pour signifier combien sont trop nombreuses les offres d’armes irresponsables qui ont reçu le feu vert depuis longtemps. Un militant se trouvait seul pour arrêter les autres, avec une pancarte rouge symbolisant qu’il est temps d’arrêter les ventes d’armes qui causent la mort et la destruction indicibles.

L’action renforce l’appel du Contrôlez les Armes aux gouvernements qu’ils ont une  « #Opportnunitedchanger » le commerce des armes s’ils mettent en œuvre le TCA fortement et efficacement, selon Contrôle Les Armes.

Vision GRAM-International